dimanche 7 août 2016

Pour lutter contre la radicalisation il faut renoncer à l'apaisement et dénoncer les mensonges






L'arme inutilisée de l'instruction de masse


Mélanie Philips adapté par Observatoire du Moyen Orient le 7/8/16 

"Le terrorisme n'a rien à voir avec la Religion"
Des musulmans enturbannés symbolisent 
"ne rien entendre, dire ni voir"
Dénonciation du Politiquement Correct
et du déni généralisé des musulmans








A la suite des attaques djihadistes de cet été en France et en Allemagne, le débat public sur ​​la façon de lutter contre la radicalisation islamiste est devenu encore plus urgent .

Au fil des ans, de nombreuses explications ont été avancées pour montrer que le terrorisme islamique n'a en fait rien à voir avec l' Islam : la pauvreté, l'exclusion sociale, l'islamophobie et «griefs» sur les conflits tels que la Bosnie, le Cachemire, l'Irak, la Tchétchénie, la Palestine et maintenant la Syrie.

Pour l'esprit occidental, ces «griefs» n'ont rien en commun - alors même que les terroristes, ainsi que d'autres djihadistes qui brûlent vifs des chrétiens en Afrique ou massacrent des civils à Londres à Paris ou en Tunisie, crient "Allahu akhbar" car ils commettent des atrocités au nom de la guerre sainte islamique.


La montée de l' Etat islamique, qui s'efforce d'établir un califat musulman, démontre la vacuité des excuses. Pourquoi les dizaines de milliers de jeunes musulmans occidentaux adhèrent à une secte islamique suprématiste mortifère ? Dans l'urgence, les politiciens occidentaux toujours déterminés à nier la réalité du fanatisme religieux, sont sûrs d'une chose. L'État Islamique est «non islamique» ou même,  «anti-islamique" ! La religion ne peut pas être la cause d' une telle dépravation.

Dans le sillage des attaques de cet été, de nouvelles explications ont été entendues. Si les terroristes semblent avoir agi seul (ce qui s'avère souvent ne pas être le cas) , ce sont des «loups solitaires» , donc pas des djihadistes. S'ils semblent avoir des antécédents psychiatriques, ce sont censés des malades mentaux, donc pas des djihadistes.

C'est absurde. Il est parfaitement possible d'agir seul ou être mentalement dérangé et AUSSI être un soldat djihadiste.

En effet, les recruteurs djihadistes ciblent spécifiquement les gens perturbés. Cela arrive au point à propos de la radicalisation.


Ce n'est pas un processus caricatural, uni-dimensionnel. Il est complexe. Il n'existerait pas sans idées islamiques, mais c'est le terrain explosif. Les étincelles viennent d'ailleurs.


Les idées djihadistes deviennent explosives lorsque les jeunes musulmans sont vulnérables. Cela est souvent dû à un sens aigu de déracinement et de dislocation culturelle, un dégoût de leur vie hédoniste dans l'Ouest et un profond besoin d'un but élevé à leur existence.

L'étincelle, cependant, c'est leur sentiment de grief. Et c'est là où les gouvernements occidentaux passent à côté dans une analyse profondément erronée.


Ils pensent que si les conflits dans le monde impliquant des musulmans sont résolus, la radicalisation se terminera. Voilà pourquoi ils font pression sur Israël pour faciliter la création d'un état ​​de Palestine. Ils pensent ainsi éteindre la colère musulmane. Voilà pourquoi ils favorisent la construction de mosquées, la fondation et le financement de centres culturels musulmans par des pays aussi fondamentalistes que l'Arabie Saoudite ou le Qatar. Voilà l'explication de la fuite en avant dans le communautarisme et le multiculturalisme et la négation des racines chrétiennes de l'occident.

Les politiciens occidentaux vont exactement dans le sens contraire de la réalité. C'est la néfaste mode arabe et musulmane de la rage contre Israël et contre le peuple juif qui empêche une solution à ce conflit au Moyen - Orient.

Le point crucial des griefs ressentis par tant de musulmans contre Israël, les Juifs et l'Occident est qu'ils sont tous basés sur les mensonges. Ceux-ci sont si incendiaires qu'il serait étonnant s'ils n'incitaient pas des sentiments violents de haine et de vengeance. 

Des millions de musulmans croient le mensonge que les Palestiniens sont la population autochtone de la Terre d'Israël. Donc , bien sûr , ils sont furieux que «leur» terre a été «volée» par les Juifs.

Ils croient le mensonge que l'Occident entend détruire le monde islamique. Alors bien sûr , ils pensent que les attaques musulmanes contre l'Occident sont justifiées par l' auto-défense.


Ils croient le mensonge (d'inspiration religieuse) que les Juifs sont un mal cosmique. Donc , bien sûr , ils veulent tuer les Juifs partout où ils se trouvent. 

De plus, leur croyance folle dans la puissance mondiale et démoniaque juive contrôle l' Amérique et donc la modernité est le facteur le plus important qui alimente leur assaut contre l'Occident.

Ces croyances et d' autres fantasmes tout aussi paranoïaques sont les "griefs" qui poussent tant de jeunes musulmans dans les bras des djihadistes. Toute stratégie efficace de lutte contre la radicalisation doit donc dire aux musulmans des faits réels pour les forcer à ouvrir les yeux. Les dirigeants occidentaux doivent être en leur disant, par exemple, la vérité historique que les Juifs est le seul peuple pour qui Israël a été une patrie nationale.

Ils devraient leur dire que l'armée israélienne établit une norme morale sans précédent, qu'aucune armée occidentale n'essayerait jamais d'égaliser, en essayant d'éviter de tuer des civils innocents, même au risque d'augmenter les pertes de Tsahal.

Ils devraient être en leur disant qu'une caractéristique fondamentale de la pensée islamique qui est que l'Islam est la perfection doctrinale et que le judaïsme et le christianisme sont des religions corrompues par les juifs et les chrétiens, est une inversion de la réalité. Que cette conception travestit les attaques islamique contre Israël et l'Occident en défense et la défense de ces deux derniers en agression.

Ils doivent leur dire qu'en réalité, ceux qui projettent de tuer des musulmans sont d'autres musulmans, et que les mensonges qui leur sont inculqués à propos d' Israël et de l'Occident sont conçus pour protéger les tyrans en détournant la colère des gens qu'ils ont asservis.

Si ces faits et d' autres vérités seront dites, l'emprise islamiste sur l'esprit des musulmans occidentaux qui n'entendent rien hormis la propagande islamique commencera à faiblir.

Bien sûr, ça ne suffira pas pour résoudre le problème. La raison n'est pas un antidote au fanatisme. Mais beaucoup de jeunes musulmans sont radicalisés non pas par la piété , mais par des mensonges politiques, qui à l' heure actuelle ne sont pas seulement incontestés mais en réalité amplifiés par les médias auto-destructeurs de l'Ouest et de la chambre d'écho politique.


Actuellement, l'Occident traite  les "griefs" musulmans comme rationnels. Ainsi , les extrémistes semblent venir de nulle part. Ce n'est pas le cas.


Ils sont créés et soutenus par un récit cousu de mensonges. La contre-radicalisation doit impliquer a dire aux musulmans la vérité - une arme inutilisée par l'Ouest de l' instruction de masse. 

Melanie Phillips est un chroniqueur pour le Times (UK).